Les travaux d'entretien des berges

Le seuil de Pourret
Le seuil de Pourret

 

 

 

 

                                           

 

 

 

 

 

        http ://www.smbvg.fr

 

 

 

La confluence avec le Farembert
La confluence avec le Farembert

 

Le Syndicat Mixte du Bassin Versant du Gapeau (SMBVG) réalise, dans l’intérêt général, depuis cet automne des travaux d’entretien des cours d’eau.

 

Le Syndicat Mixte travaille à l’atteinte du bon état des masses d’eau imposée par la Directive européenne Cadre sur l’Eau. Entretenir les cours d’eau c’est participer à restaurer un fonctionnement équilibré des milieux. Des travaux d’entretien ont été programmés sur 5 ans (2016-2021) sur le Gapeau, le Réal Martin et leurs principaux affluents.

 

 

 

L’objectif du Syndicat Mixte est de veiller à une gestion intégrée à l’échelle du bassin versant. Le programme d’entretien est mené dans le cadre du S.A.G.E (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux), schéma qui établit des règles de bonne gestion des milieux aquatiques et du P.A.P.I (Programme d’Actions pour la Prévention des Inondations). Le syndicat regroupe les 15 communes et a pour vocation :

 

  • l’amélioration de la qualité des cours d’eau

  • la gestion des eaux superficielles et souterraines, ainsi que des milieux aquatiques, en liaison avec ces rivières,

  • la gestion et la prévention du risque inondation,

  • l’entretien, la restauration et l’aménagement des rivières qui correspondent au bassin versant du Gapeau,

  • l’entretien de la ripisylve des cours d’eau du bassin,

  • une utilisation plus rationnelle de l’espace riverain (lit majeur et lit mineur).

 

 

 

Toutprès du Réal Couloubrier
Toutprès du Réal Couloubrier

 

Le programme d’entretien mené par le Syndicat Mixte intervient en complément de l’action des propriétaires riverains.

 

A l’échelle de sa parcelle, le propriétaire riverain est en effet tenu réglementairement (Article L.215-14 Code de l’environnement) à un entretien régulier du cours d’eau jusqu’à la moitié du lit.

 

A une échelle plus globale, le bassin versant, le SMBVG intervient pour améliorer le fonctionnement naturel des cours d’eau tout en garantissant la cohérence avec certains usages.

 

La bonne gestion quotidienne des bords de cours d’eau par les riverains est un maillon indispensable et complémentaire aux démarches de préservation des milieux aquatiques.

  

Les travaux d’entretien du Syndicat Mixte bénéficient d’une « Déclaration d’Intérêt Général » (D.I.G.) qui lui permet d’intervenir en toute légitimité sur les cours d’eau en propriétés privées.

  

 

Pour notre secteur les travaux ont commencé, en septembre de cette année, ils sont ventilés dans un programme pluriannuel sur cinq ans.

 

La période des travaux s’établit de septembre à mars de manière à gêner le moins possible le cycle de la nature donc dans la période ou faune et flore entrent dans une sorte de repos.

 

 

 

Les actions 2016/2017 pour notre rivière se situent sur les zones suivantes :

 

Réal martin : au niveau du Pourret (Pierrefeu) sur 600m /

du hameau des vidaux aux Platanes (Pierrefeu) /

du lieu dit les Beaumes (Pignans Carnoules) sur 1000m en aval

Ruisseau de Carnoules : du pont de l’autoroute à la confluence avec le réal martin

Affluents Meige Pan et Merlançon (Cuers/Pierrefeu)

Ponctuellement au niveau des ponts

 

Quelque part en amont de la Portanière
Quelque part en amont de la Portanière

 

Pour ce qui est du monde de la pêche la déclaration d’intérêt général influe sur la gestion des droits de pêche et des baux qui en découlent, un décret ministériel et le Code de l'Environnement en fixent les règles :

 

 

 

Article L435-5 du Code de l'Environnement

 

Lorsque l'entretien d'un cours d'eau non domanial est financé majoritairement par des fonds publics, le droit de pêche du propriétaire riverain est exercé, hors les cours attenantes aux habitations et les jardins, gratuitement, pour une durée de cinq ans, par l'association de pêche et de protection du milieu aquatique agréée pour cette section de cours d'eau ou, à défaut, par la fédération départementale ou interdépartementale des associations agréées de pêche et de protection du milieu aquatique.

 

Pendant la période d'exercice gratuit du droit de pêche, le propriétaire conserve le droit d'exercer la pêche pour lui-même, son conjoint, ses ascendants et ses descendants.

 

 

Donc pour les pêcheurs et leur action de pêche la situation sera identique à celle qui régit le droit de passage pour les baux classique, donc la même attention sera portée pour préserver la nature et ne pas géner les occupants des habitations.

 

 

 

REMERCIEMENTS: Le texte qui précède a été construit avec l'aide précieuse de la Mission Rivière au sein du SMBVG

1er janvier 2016 situation hydrologique


Au 1er janvier 2016, situation hydrologique déficitaire pour la ressource en eau 

Source : "Le système d'information sur l'eau du bassin

Rhône-Méditerranée"

Le 15/01/2016

Après un été sec, les pluies de l'automne 2015 n'ont pas été suffisantes pour retrouver une situation hydrologique favorable sur le bassin principalement sur les régions nord.

En décembre, les températures exceptionnellement élevées ainsi que la faiblesse des précipitations ont aggravé la situation qui devient critique pour une grande partie des ressources en eau. Les débits des cours d'eau, en baisse depuis 3 mois consécutifs, atteignent des niveaux inférieurs, voire très inférieurs à la moyenne. 65% des nappes d'eau souterraine ont un niveau inférieur à la normale principalement dans le nord du bassin, en PACA et sur le pourtour méditerranéen. De plus, le stock neigeux est sur des valeurs minimales.

Depuis le 1er septembre 2015, les cumuls sont dorénavant majoritairement déficitaires. Les pluies et la neige sont attendues pour permettre une recharge hivernale qui n’a pas encore commencé. Il ne reste que 2 à 3 mois pour reconstituer les réserves suffisantes qui permettront d'aborder la saison printanière avec optimisme.

Gestion des milieux aquatiques

La gestion des milieux aquatiques correspond à plusieurs objectifs :

 

  • Protéger
  • Evaluer
  • Surveiller 

 

En d'autres termes :

 

La gestion des milieux aquatiques a pour but de préserver la qualité de l'eau et par de là, la chaîne alimentaire naturelle de nos rivières depuis les micro-organismes présents jusqu' aux formes élaborées que sont les poissons.

 

Pour tous les effluents déversés dans les rivières il faut, et il est bien dit il faut, que la qualité des rejets soit acceptable par la nature.

 

Dans cette optique il sera possible que telles ou telles parties de rivière durant un temps déterminé :

 

- soient érigées en « réserves »

Ces zones sont établies en raison de la qualité des eaux et de leur fort potentiel de reproduction.

 

- soient déclarées « interdites à la consommation de poisson »

Ces zones concernent les lieux ponctuellement pollués.

 

- soient établies « en parcours de graciation » (les anglophones disent no-kill ou catch and release).

Il s'agit souvent de zones où la qualité de l'eau est bonne et de bonne richesse piscicole mais soumises à une forte pression de pêche.


Quelques mots sur la pression de pêche :

 

De nos jours, la qualité des moyens de transports et les infrastructures racourcissent les distances, même des secteurs ruraux les plus éloignés qui deviennent accessibles dans un confort total.

De plus, les techniques de pêche, toujours plus modernes et innovantes, le matériel en tout genre, détecteurs, bateaux amorceurs, appâts, leurres de tous modèles et matières, et autres attractants facilitent les captures.

Pour les pêcheurs que nous sommes il faut, il est bien dit il faut, que le prélèvement par pêche doit être inférieur aux capacités de production du milieu afin de préserver le renouvellement naturel du stock. 

 

LE POISSON A BESOIN D'EFFECTUER SON CYCLE NATUREL, RENDONS LUI SON HABITAT, SES ZONES DE REPRODUCTION, DE GROSSISSEMENT. POUR CELA RESPECTONS LE PLAN DE GESTION ET LA REGLEMENTATION QUI EN DECOULE !!!!!

ACCEPTONS QUELQUES CONTRAINTES POUR QUE CONTINUE LA VIE DANS NOS RIVIERES.